Lonesome Crow [1972]

La discographie de Scorpions est inaugurée avec cet album, que je vais qualifier anecdotique. Le groupe est loin d’avoir trouvé son style le chant de Klaus Meine est un peu léger, les compos lorgne entre musique progressive, pseudo-expérimentale et psychédélique avec quelques passages jazzy à 2 sous comme sur « Action » ou « Lonesome Crow ». C’est loin d’être inécoutable mais on retient pas grand-chose au finale ce n’est que le groupe a aimé sa jeunesse hippie, Jimi Hendrix, Yes et Pink Floyd ! Je conseille avant tout ce disque à ceux qui aime Scorpions et le Rock 70’s mais ne vous attendez pas à trouver un trésor inoubliable, juste un disque rigolo d’une époque révolue !

 

Fly To The Rainbow [1974]

Avec « Fly To The Rainbow », Scorpions trouve son style. Michael Schenker est remplacé par Uli Jon Roth, un guitariste au look hippie et illuminé aux influences très marquée par Ritchie Blackmore et Jimi Hendrix. C’est d’ailleurs entre ces 2 artistes que se situent les compos de cet album. Musicalement le groupe est méconnaissable par rapport au premier album, son rock devenant à la fois plus hard et efficace, et surtout immédiatement accrocheur. Je me souviendrais toute ma vie de ma première écoute de cet album, moi qui ne connaissait à l’époque que la période 80’s du groupe, je me suis pris une baffe monumentale à l’écoute de titres comme « Speedy’s Coming », le très Hendrixien « Drifting Sun » ou « This Is My Song », c'était en 1998 entre la gare de Renens et mon appart' à Chavannes, je venais de le trouver en occaz' chez un disquaire de Lausanne, passionnant non? Même si avec le recul je pense qu'il n'a pas encore la personnalité des disques qui lui succéderont, il demeure un indispensable de la discographie des Scorps comme tout les albums avec Uli Jon Roth d'ailleurs.

 

In Trance [1975]

Ce disque se situe dans la continuté de « Fly To The Rainbow » en peut-être un peu plus mielleux, Scorpions y développe ce qui sera sa marque de fabrique à savoir les power-ballades. Bon y a pas que ça, mais ce disque est clairement plus calmes et orientés émotions que le précédent et même ses successeurs. Quelques brûlots bien rythmés viennent garnir le lot comme « Robot Man » ou « Top The Bill » avec toujours ce Uli Jon Roth qui étincelle de toute part. Ce disque n’est à mon avis pas ce qu’il a fait de mieux avec les Scorpis ou plutôt disons que c’est le moins enthousiasmant des 4 albums auxquels il a participé. Certes, les titres sont tous sympa mais ne marquent pas tous les esprits en particulier sur la deuxième moitié de l’album mais bon quoiqu'il en soit, "In Trance" reste un must pour les amateurs des scorps, de mélodies, de belles guitares, de belles voix et d’émotions.

 

Virgin Killer [1976]

Retour à une musique plus musclée avec Virgin Killer et sa pochette originelle très provoquante où l’on voyait une fillette pré-pubère entièrement nue, le genre de pochette qu’il est inimaginable de sortir de nos jours. Pour parler musique, ce Virgin Killer marque le virage de Scorpions vers le Hard Rock plus incisif que les 3 premiers albums et contient quelques compos purement excellente comme « Backstage Queen », « Pictured Life » ou « Catch Your Train », quelques superbes ballades également et malheureusement 2 titres franchement moyens signés Uli Jon Roth qui malheureusement viennent gâcher la fête. Quoiqu’il en soit ce disque reste un must pour les fans de Hard 70’s, du tout bon Scorpions.

 

Taken By Force [1977]

Ce cinquième essais des allemands est un coup de maître ! ce disque est énorme, truffé de classiques immortels. Uli Jon Roth y est à nouveau étincellant de classe et de feeling, il en ressort une poignée de classique qu’il serait vain d’énuméré d’ici, mais essayez un peu de résister aux riffs de « The Sails Of Charon » ou à la mélodie de « The Riot Of Your Time », c’est un peu comme espérer remonter le Rhône en canoé au printemps : ça vaut pas le coup ! ce « Taken By Force » est un classique inusable des légendaires Scorpions et c’est sûrement l’album ultime de l’époque Uli Jon Roth. Indispensable !

 
Tokyo Tapes [1978]

En cette une fin des années 70’s, Scorpions s’apprêtent à achever le premier chapitre de sa longue carrière sur cet album. En effet, ce disque est le dernier enregistré avec le line-up comprenant Uli Jon Roth à la guitare. Pour ceux qui connaissent le bonhomme inutile de vous dire que cette période est extraordinaire, feeling et créativité n’était pas de vains mots. Ce disque est vraiment un beau témoignage du Scorpions 70’s, il est à la limite de la perfection…mais j’ai quand même un tout petit regret, elle concerne la playlist…Bon sang ! Où sont les « Sail to Charon »,  « Life’s like a river », « Fly People Fly » ?? Il me semble que certains titres joués ce soir là aurait pu être remplacé par d’autre plus indispensables, mais c’est là pinailler, ce disque est un disque de grand Rock de très haut niveau considéré par certains comme LE disque de Scorpions. En tous les cas, c’est un parfait résumé de ma période préféré de Scorpions [1973-1978] et je ne peux que vous recommander ce très bel album live. Un classique !

 
Lovedrive [1979]

Cet album marque un changement de cap important pour la carrière des Scorps, Uli Jon Roth s’en va et Matthias Jabs fait sa première apparition… le changement de style est assez radicale pour ceux qui suivaient l’affaire : plus direct, plus Hard, presque Heavy Metal par moment, exit donc les guitares hendrixiennes et autres sonorités 70’s, les Scorpions façonnent le style qui fera du groupe un des leaders du genre durant les 10 années qui suivront. Si y a bien une chose que le groupe à toujours su faire quelque soit les périodes c’est bien les ballades et ici pas de gros bouleversements avec deux bien belles ballades avec « Always Somewhere » et « Holiday ». A noter aussi une instrumentale simple mais superbe : « Coast To Coast » encore jouée aujourd’hui sur scène, il manque peut-être à ce disque des gros classiques même si un « Loving You Sunday Morning » pourrait presque l’affaire. Enfin bref, ceux qui aiment les Scorps adoreront ce disque qui contient d’excellents morceaux moins mis en avant, mais je considère un peu ce disque comme un album de transition, il n’atteint pas les sommets de créativité de « Taken By Force », ni de ses successeurs mais reste malgré tout un grand cru des Scorps et du Hard Rock.

Animal Magnetism [1980]

On pourrait résumer ce disque à « The Zoo » et « Make It Real », les 2 grands classiques du groupe issus de cet album. Le reste est nettement plus dispensable, surtout quand on le compare aux albums précédents et à son successeur, rien de mauvais non plus juste un Heavy Rock assez standard des Scorps mais sans avoir le petit plus qui nous accrochait les oreilles. En plus la ballade de l’album, « Lady Starlight » je la trouve un peu ratée, loin des grandes ballades du groupe. M’enfin l’album Rock et à le son d’une époque aujourd’hui révolue, l’achat est donc plus que recommandé.

 
Blackout [1982]

C’est avec ce disque que Scorpions va exploser et collectionner les disques d’or et de platine sur tous les continents. Faut dire qu’à cette époque le heavy est la musique du moment et que les Scorps débarque avec certainement l’album le plus direct de son répertoire, pour ne pas dire le plus metal ! Sur ce disque c’est simple il n’y a que des gros classiques : « Blackout », « Dynamite », « No One Like You » et la superbe ballade « When The Smoke Is Going On », le reste n’en est pas moins bon comme le très heavy « China White ». Enfin pas besoin de disserter des heures, ce disque est un must pour tous les amateurs des Scorpions, un classique qui reste d’une efficacité absolue 25 ans après sa sortie. L’époque bénie où les Scorps ne rimaient pas uniquement avec ballade mielleuse. Une belle leçon de Hard Rock bien vitaminé !

 
Love At First Sting [1984]

« Still Loving You », vous connaissez ? ben c’est sur cet album qu’on retrouve ce tube intergalactique, mais  malgré la pochette trompeuse autant le dire, si vous cherchez un disque de ballades pour une femelle autant prendre une compilation parce que ce disque envoie sévère et regorge de grands morceaux de Hard bien appuyé : « Bad Boys Running Wild », « Rock You Like A Hurricane », « Big City Nights » ou « Coming Home », ils sont tous là, même les morceaux moins connus font mouches. Ce disque représente pour moi le top de la période 80’s du groupe qui était au sommet en terme de compositions. En plus quand la prod suit, on ne peut que se régaler. Un must qui doit avoir sa place dans toute discographie Hard qui se respecte !

 
Savage Amusement [1988]

Pas facile d’accoucher d’un album qui succède à un disque qui a cartonné, c’est en tous cas ce que laisse penser les 4 ans qui sépare ce disque et son prédécesseur. En 4 ans pas mal de choses ont changé sur la planète Hard, MTV, le Hard FM/Glam, les Scorps font désormais partie des dinosaures du Hard…alors que la scène US explose. La suprématie des Scorps va être encore plus être remise en cause avec la sortie de ce disque qui n’est franchement pas fameux, après 2 albums pleins d’énergie, ici on nage dans des mélodies plus faciles et commerciales… les compos n’ont plus la même énergie et ont tendance à se ressembler, alors que le son est étrangement lisse et formaté, enfin une production typique de 1988. Bref, pour moi cet album symbolise un disque assez raté, il demeure agréable à écouter avec son lot de chouette morceau qui raviront les fans du Scorpions 80’s et plus commercial. En tous cas je l’aime bien tout en comprenant pourquoi ce disque est souvent oublié des fans du groupe.

 
Crazy World [1990]

J’entends souvent dire dans le monde du metal que Scorpions c’est fini depuis 1984, ben moi ça a commencé en 1990 avec ce disque, un de mes tous premiers albums de Hard Rock et une baffe monumentale à l’époque et franchement même avec le poids de l’année pour moi ce disque reste une merveille. Pleins de compos inspirées, mélodique, très heavy (bien plus que Savage Amusment), toujours accrocheuses. Pis ce son énorme qui m’avait littéralement foutu sur le cul, non franchement je trouve rien à redire sur cet album… son seul défaut en somme est peut-être d’avoir cartonné grâce à ses 2 ballades (« Send Me An Angel » et surtout « Wind Of Change » qu’on entendait dans chaque supermarché à l’époque). Un peu dommage de réduire un tel bijou à ça, surtout que j’imagine mal la ménagère de 40 ans écouté ce disque. Enfin qu’importe ce disque existe, je l’adore et il reste à mes yeux un des touts meilleurs albums des Scorps et de Hard Rock sorti durant les 90’s, pour ne pas dire le meilleur ! Un must !

 
Face The Heat [1993]

Après l’énorme succès commercial de “Crazy World” dû principalement à ses 2 ballades qui ont fait le tour des supermarchés, Scorpions revient avec un album plus foncièrement Rock. L’album n’est pas foncièrement mauvais mais les compositions sont loin de ce que le groupe nous a offert par le passé même récent. L’album est en fait typique du début des années 90 : guitare plus lourde, moins de solos de guitare et le côté Big Rock laissé au placard. On retiendra de cet album le premier single  « Alien Nation », un titre heavy mid-tempo qui sort de la masse et « Someone To Touch », un titre bien rock dans la lignée de l’album « Crazy World ». Sur cet album,  les ballades (il y en a 5 (sur 13 titres)) ne font pas mouche, même si elle se laisse écoutée. Il ne serait pas mentir de dire qu’on s’ennuie un peu sur la longueur du disque et c’est en fait l’exemple parfait du disque qui pourra contenter les fans pur et dur, mais qu’on ne conseillera pas aux novices.

 
Pure Instinct [1996]

En 1996, on aurait dit que le Hard Rock était mort, Scorpions l'avait bien compris et avait essayé de faire évoluer son style vers une pop-rock, certes énérgiques, mais pop-rock quand même, titres mid-tempo, arrangement accoustiques sur certains titres, ballades bien évidemment, bref on est loin du grand Scorpions leader d'un genre devenu ringuard. Malgré ses défauts, tout n'est pas à jeter sur ce disque, je le trouverais même bien supérieur à son prédecesseur car plus variés et accrocheurs, par moment on croirait le groupe revenu à ce qu'il faisait dans les 70's... par moment j'ai dit car niveau guitare c'est pas les même sommets. Mais j'aime ce disque, la voix de Meine et les mélodies font mouches à plusieurs reprises et pour tous les amateurs des Scorps, si il en reste, ce "Pure Instinct" mérite le déplacement rien que pour le plaisir de s'envoyer un titre du calibre d'un "Soul Behind The Face" qui est un régal pour les amateurs de rock mélodique.

 
Unbreakable [2004]

Il faut avouer que j'ai acheté ce disque sans grand conviction vu ce qu'à pondu Scorpion cette dernière décennie. Le groupe avait beau clamer sur tous les toits qu'ils étaient revenu au Hard Rock je ne croyais pas un seul instant qu'ils aient été encore capable de composer de bons titres! j'avais tord. Ce "Unbreakable" est excellent et fait plaisir à entendre! Bon d'accord ne vous attendez pas à un retour à la période "Blackout" ce n'est pas un retour aux 80's que Scorpions entreprend via ce disque mais bien au gros Rock tout en restant foutrement actuel. S'il fallait faire un parrallèle avec un album existant je choisirais "Crazy World" où d'ailleurs le premier titre "New Generation" aborde le même sujet que "Winds Of Change" sans être des ballades. Ballade? Scorpions? et bien oui il y en sur ce disque et une plutôt très bonne "Maybe I Maybe You" qui est une des plus belles power-ballades que j'ai pu entendre depuis longtemps. Enfin bref, je vais pas passer en revue tous les titres de ce très bon opus! ce que je sais c'est que ça faisait longtemps que je ne m'étais plus passé en boucle un album de Scorpions et ça fait rudement plaisir! Un album que je conseille à tous les (ex-)fans de Scorpions, enfin ceux qui ne jurent que par la période 70's du groupe peuvent passer leur chemin ;)