Gates To Purgatory [1984]
C’est parti pour la description de la discographie Running Wild, sans doute un de mes groupes teutons préférés. Ne vous fiez pas à ce qui se dit, ce groupe a énormément changé musicalement au fil des ans même s'il est toujours resté fidèle à un heavy metal sans compromis. Le début de la carrière Running Wild qui débute internationalement avec ce disque était true de chez true, loin de tout artifice commercial. Le groupe portait une imagerie bien plus sombre qu’actuellement, les noms des titres en témoignent : « Black Demon », « Soldiers Of Hell », « Diabolic Force » ou encore « Satan », le groupe avait réussi à capter le fun d’un Venom alliée à un heavy metal à tendance mélodique plus proche de la NWOBHM que du thrash que d’autres compatriotes comme Kreator exploiteront. Bon j’arrête de fagoter et je vous dis que ce disque est succulent, essayer de ne pas headbanger sur ces riffs ravageurs est impossible. Le seul point faible du disque est assurément le son qui est loin d’être génial, disons qu’il a été fait avec les moyens du bord et qu’il est digne d’honnête autoproduction actuelle…on comprend mieux la démarche du groupe qui en 1990 (sur First Years Of Piracy) réenregistrera certains titres de « Gates of Purgatory » ainsi que ceux des deux albums suivants en perdant un peu d'authenticité au passage. Un disque culte avec d'excellents morceaux!
Branded and Exiled [1985]
Les deux premiers albums de Running Wild sont les derniers que je me suis procuré au fil des années, je m’étais grossièrement dit : " tu possèdes déjà les titres réenregistrés pour l'album « First Years Of Piracy » (1990) à quoi bon te payer les autres si le son y est encore moins bien ?". Ouais ben je m’étais foutu le doigt dans l’oeil parce que cet album déchire et vaut complètement l’achat, non seulement les morceaux que je connaissais sont encore meilleures dans leurs versions originelles mais les autres titres sont magnifiques ! Comment expliquer ça ? le chant déjà est nettement plus varié, plus sauvage et possédé, comme j’aime quoi...en plus les chœurs et arrangements sont à tomber. Bref si vous aimez Running Wild et que vous ne possédez pas ce disque courrez vous le procurer sans hésiter c’est du pur bonheur ! Du heavy simple, direct et efficace comme j'aime et à chaque écoute je ne suis jamais loin de penser que c’est l'album de Running Wild que je préfère. Et au passage, si vous trouvez la version vinyle sauter dessus, je trouve que cette version est nettement supérieure au pressage cd que j’ai pu entendre…même si sur ce coup je laisse le bénéfice du doute aux diverses remastérisations plus récentes.
Under Jolly Roger [1987]
3ème album de Running Wild et également le premier qui pousse autant loin l'imagerie "Pirate" qui fera partie intégrande de l'image de marque du groupe. Puissant, varié et inspiré, cet album est sans conteste un des plus grands albums de Heavy teuton des 80's...Des hymnes comme "Raise your Fist" ou le titre "Under Jolly Roger" restent indémodables et vont encore résonner encore longtemps dans les soirées métalliques de nos contrées européennes. Le groupe y développe un Heavy Metal moins Evil que par le passé, mais tout aussi ravageur avec ces riffs mélodique et ces refrains accrocheurs, on ne peut passer à côté d'un tel chef d'oeuvre. Achetez Moussaillons!!!
Ready For Boarding (Live) [1988]
Ce disque enregistré sur la tournée « Under Jolly Roger » est à ce jour le seul témoignage live du groupe [NB: La chronique a été faite en 1998]. Ca le fait assez, d’autant plus qu’il contient des trois premiers disque que je considère toujours comme les meilleurs du groupe. Ainsi, les toujours aussi indispensable « Under Jolly Roger », « Raise Your Fist » ou « Prisonners Of Our Time » sont bien entendu présent...Le bonheur aurait été totale si on avait eu droit à un disque plus longs, 9 titres c’est trop trop peu, il manque bien trop de titres et la prise de son est quand même relativement faiblarde.
Port Royal [1988]
Après un album live sorti la même année. Running Wild repart à l'abordage avec un Port Royal qui pousse encore plus loin le délire "Pirate", ici des petites séquences d'introductions nous plonge dans le coeur de l'action. Côté musique, le groupe à trouvé la formule avec l'album précédent et il continue sur sa lancée avec des morceaux toujours plus mélodique mais qui conserve une énergie sauvage qui fait toute sa saveur. Du tout bon et je serais tenter de dire le meilleur album du groupe des 80's rien que pour la présence du morceau "Conquistadores" morceaux accrocheurs qui symbolise à lui tout seul la grandeur de ce groupe. Hélas, le son de l'album est un peu faiblard est aujourd'hui reste un des points faible de cet album, sinon le seul.
Death Or Glory [1989]
Avis 1998: Considéré par certains comme le meilleur album du groupe, je serais un peu plus méchant. Certes les compos sont toujours aussi bonnes, mais il manque à mon goût cette folie qui faisait le charme des deux opus studio précédent même si des titres comme "Bad To The Bone" sont parmis les meilleures jamais composés par le groupe (3/5).

Avis 2016: L'avis ci-dessus avait été donné alors que l'album Masquerade était la dernière sortie du groupe et forcément les références n'étaient pas les mêmes, pour moi le ventre mou de Running Wild était clairement après les 4 premiers albums et l'album Black Hand Inn qui reste mon album favori du groupe... près de 30 après sa sortie et vu ce qu'est devenu Running Wild dans les années 2000, il faut bien avouer que "Death Or Glory" est devenu pour moi une référence. Le son bénéficie d'une production professionnelle que le groupe n'avait jusque là jamais eu, les morceaux sont devenus des classiques et même si la sauvagerie des 4 premiers albums est moins présente au profit de morceau moins speed, la qualité des compositions fait que ce "Death Or Glory" ne peut qu'être présent dans la discographie d'un amateur de Heavy Metal teuton. La grande classe!
Blazon Stone [1991]
Avis 1998: Pour moi, le plus mauvais album de Running Wild. Les compos sont trop lisses et l'inspiration n'est plus au rendez-vous...enfin bon quand même c'est loin d'être une merde, mais ça reste l'album que je recommanderais le moins pour un neo amateur de Running Wild même si il est claire que la patte du groupe y est toujours aussi facilement identifiable. En gros y a pas vraiment de point fort sur ce disque et finallement à force de collectionner les titres banales, on se retrouve avec un album sans grande saveur, mais c'est mon avis et je sais que pas mal de fan adore ce disque... (2.5/5)

Avis 2016: Et oui en 1998, je considérais ce disque comme le plus faible de Running Wild et à mon avis j'avais raison...seulement voilà aujourd'hui Running Wild fait des albums encore plus mauvais, ce qui fait de ce disque aujourd'hui un bon disque de Running Wild vous suivez? En fait, ce disque je l'ai souvent ressorti ces dernières années et il contient de très bon morceaux, bien accrocheurs qui en 2016 ferait rêver n'importe quels fans du groupe: "Fire & Ice", "Little Big Horn", "Rolling Wheels" ou encore "White Masque" sont des petites perles qui font que l'écoute de ce disque passe tout seul. Il n'en demeure pas moins que Blazon Stone est un des albums les plus sage et lisse de la grande époque où Running Wild était encore un groupe mais si vous le croisez dans un bac pour pas trop cher, il ne faut pas hésiter c'est du tout bon.
First Years Of Piracy [1991]
Compilation des premières années (Jusqu'à Under Jolly Roger) du groupe réenregistré avec le line-up de 1991. Le son y est bien plus gros et c'est ce qui fait le charme de cet compil' Par contre, comme toute les compil's ça manque d'unité pour en faire un indispensable album. A mon avis, le mieux est de posséder les 3 premiers albums et de laisser tomber la compilation surtout que le côté plus lisse de l'album fait perdre un peu de charme à des compos qui n'en manquait pas.
Pile Of Skulls [1992]
Album plus couillu que son prédecesseur, Running Wild empoigne avec ce nouveau disque une nouvelle ère puisque Rolf Kasparek (Rock'N'Wolf) devient quasiment le seul songwriter à bord, ce qui contribue également à rendre la musique plus musclée et stéréotypée mais qui fait également rentré le groupe dans des concepts plus sombre sur la thématique de la corruption et l'abus de pouvoir. Même si à l'image de Blazon Stone, ce disque contient moins de titres appelés à devenir des classiques que sur les précédentes réalisations, j'ai toujours eu un petit faible pour cet album peut-être à cause de sa belle pochette et de ce tas de crâne qui convient si bien à l'univers du groupe. Mais aussi parcequ'ils commencent à développer un style speedé et accrocheur qui se rapproche de mon album préféré du groupe (Black Hand Inn) comme sur "Lead Or Gold" ou "White Buffalo". Bref, un  bon disque de plus!
Black Hand Inn [1994]
Simple, il s'agit de mon album préféré des pirates: son puissant, compos mélodiques et entêtantes...rien à redire c'est du tout bon! Le groupe a trouvé une nouvelle fraîcheur avec l'arrivée de Jörg Michael à la batterie qui donne une patate incroyable à la musique du groupe. Tout les morceaux sont excellents et le fait que ce disque soit un concept album permet au groupe d'avoir une unité entre les morceaux qui n'a pas d'égal dans la discographie du groupe.  Du grand, très grand Running Wild...bon faut dire aussi que c'est le premier album du groupe que j'ai écouté alors peut-être que j'y tiens un peu plus que les autres mais je reste plus de 20 ans après sa sortie convaincu qu'il s'agit d'un des plus grand disque de Heavy Metal sorti de tout les temps.
Masquerade [1996]
Avis 1998: Le groupe a choisi la voie de la vitesse...les compos sont toutes très speed et assez bourrines, à mon avis les compos y perdent en charme et on est loin du résultat de "Black Hand Inn"...bon cela dit c'est un très bon album de Heavy Metal, mais Running Wild a fait bien mieux. A réserver au fan de Speed Metal Germain...les amateurs de mélodique essayerons un autre album pour commencer, mais les amateurs du groupe y trouveront leur bonheur. (3/5)

Avis 2016: J'ai hésité à l'effacer la chronique de l'époque, tellement je ne m'y retrouve plus aujourd'hui. Bah oui, Masquerade est le disque de Running Wild que j'ai le plus écouté ces 20 dernières années. C'est vrai qu'il est à part dans la discographie tant son côté bourrin, sombre et le côté bourrin de sa musique peut déstabiliser mais ce disque tout comme son prédecesseur permet également  à l'auditeur que je suis d'entrer pendant plus d'une heure dans une sorte de transe hypnotisante tellement ce heavy speedé et répétitif est envoûtant. J'ai bien conscience que ce que je viens d'écrire est incompréhensible, mais je m'en fous, Masquerade est pour moi une des expériences musicales les plus captivantes qui soit et ce disque agît chez moi comme une drogue dont je suis dépendant. Au final, si je n'ai pas compris ce disque suffisamment tôt, je ne peux que le conseiller! Pis merde, écoutez "Rebel At Heart" si c'est pas un putain de bon morceau ça?
The Rivalry [1998]
Dans la même veine que les deux précédents The Rivalry revient quand même à des compos plus mélodiques et plus lentes que Masquerade, au final on a un chouette album de Heavy Metal assez traditionnel et loin d'être surprenant, mais qui ne décevra personne et surtout pas les fans du groupe. Personnellement mis à part les 4 premiers albums, je suis très fan de ces 3 derniers albums. Le seul défaut que je lui trouve c'est qu'il un poil trop long, un ou deux titres en moins auraient eu plus d'impact sur l'écoute en boucle, mais ce n'est que mon avis :)
Victory [2000]
Comment mieux commencer l'ère 2000 qu'avec un album de Running Wild??? que dis-je? Un excellent album de Running Wild!!! En effet les teutons d'Hambourg ne sont pas foutus de notre gueule en ce début de siècle! Ok c'est du Running Wild mais cette fois l'album est extrêment varié, alternant des titres aux guitarres proches d'Accept avec leurs compos ravageuses et ces mélodies entêtentes qui ont fait la réputation du groupe. Au final un des meilleurs albums du groupe qui clôt la trilogie entamée par Masquerade de la plus belle façon: avec classe! Amateur de Heavy Metal réjouissez vous, les pirates n'ont pas fini de nous faire valser! En fait si niveau compos je suis ravi, il n'en est pas de même de la production qui a perdu de sa superbe, le son de batterie (boîte à rythme) est particulièrement décevant et la note en tient compte.
The Brotherhood [2002]
Ce qu’il y a de bien avec un disque de Running Wild c’est qu’on sait que si on a aimé le disque précédent, il en sera de même du disque suivant…et ce n’est pas cette fois ci que les Allemands me démentiront. « The Brotherhood » est dans la lignée de « Victory » avec peut-être encore plus de titre plus mid-tempo et des influences Rock'N'Roll plus présentes. Les chevauchées de guitares typiques à Running Wild sont plus que jamais au rendez-vous et les titres toujours aussi accrocheurs. On peut respirer, Running Wild n’a pas changé sa recette magique ! Tout au plus peut-on regretter que depuis 2 albums le groupe ne soigne plus vraiment ses pochettes de disques et surtout que le son n’est plus aussi redoutable que par le passé (c.f. « Black Hand Inn » ou « Masquerade »). Enfin bref un disque qui ravira les fans du groupe et c’est bien là l’essentiel !
Rogues En Vogue [2005]
Ce qui choque d'entrée avec ce disque c'est, outre la pochette immonde, le son qui pue le pentium... la batterie, le son des grattes, rien ne sonne naturel, on a presque l'impression d'entendre une maquette de pré-production de ce qui aurait du être un putain d'album. Oui! putain d'album parceque je trouve que les compos sont excellentes, les riffs bien senti, le phrasé accrocheur de Rolf n'a rien perdu de sa superbe (sur album)... une fois le bouton play engagé, j'ai beau râlé sur ce son de merde mais je reste scotché. Running Wild ou plutôt Rolf Kaspareck a vraiment un don de ce côté là, dommage qu'il ne travaille plus en groupe et qu'il ne se donne plus les moyens niveau production car sans ça, ce groupe serait à coup sûr un des plus intéressants de la scène européenne. Si le groupe était à ses débuts, je n'aurais pas insisté sur ce point, mais je ne peut regretter qu'un groupe, qui a déjà une quinzaine d'album studios à son actif, se laisse dépérir de la sorte car avec cet emballage je ne peux que confirmer que ce disque s'adresse avant tout aux fans les plus acharnés de Running Wild qui, eux, sauront apprécier les compos à leur juste valeur.

Shadowmaker [2012]
Alors que Running Wild venait de sortir son  live qui était censé être l'ultime adieu du groupe  il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que Rock'N'Rolf revienne faire son come-back après deux side projects plus Hard Rock: "Toxic Taste" et "Giant X" où le monsieur annonçait sur tout les toits qu'il en avait marre des plans Heavy Metal. Autant le dire tout net, il aurait pu prendre son temps... cet album est sans souçis le plus médiocre du groupe. Reprenez la production médiocre de Rogues En Vogue mélangez tout ça avec des morceaux plus Hard Rock, voire Glam Rock, supprimez toute référence à la piraterie, ajouter la pochette la plus immonde de tous les temps et vous obtenez ce Shadowmaker... maintenant qu'on a touché le fond, si vous supprimez les morceaux franchement raté comme "Me And The Boys" et que vous prenez une bonne bouffée de valium afin de retenir que le positif, vous obtenez malgré tout un album écoutable qui a ses bons moments, car même dans la médiocrité, le Rock'N'Wolf arrive a écrire de bonnes chansons entraînantes et accrocheuses. Mais les quelques points forts du disque n'en fait pas un album recommandable pour autant. Une déception

Resilient [2013]
Le retour d'Adrian (la masquotte) laissait présager d'un retour au chose sérieuse pour Running Wild, et effectivement Running Wild semble renouer avec la piraterie avec des compos nettement plus en adéquation avec ce que l'on attend du groupe. Bon il ne faut pas s'attendre non plus à retour à un heavy metal mordant, les influences Rock-Hard sont toujours bien présente, mais ce Resilient relève le niveau...un peu seulement, car à mes oreilles ce disque s'avère bien poussif dans son genre, un peu comme si Rock'N'Wolf devait faire du Running Wild pour payer son loyer. on est loin des morceaux énergiques et entêtants de passé pourtant pas si lointains. Un album honnête à recommander aux fans ou à un prix soldé mais j'avoue qu'à l'image des albums récents ce disque me sert avant tout d'attrape poussières.

Rapid Foray [2016]
On ne va pas se mentir, le Running Wild des 15 dernières années a perdu de sa splendeur et ne suscite plus l'intérêt que parmi une poignée de fans qui espèrent encore un retour en forme du groupe. Ce Rapid Foray va en ravir une partie d'entre eux, parce qu'en toute honnêteté ça faisait longtemps que Rolf Kasparek n'avait pas proposé un matériel aussi sympathique. 11 titres de pure Running Wild, un retour à fond la caisse avec la thématique de la piraterie si chère à l'image du groupe, une pochette appropriée, rien à dire sur la forme tout est parfait...sur le fond on est loin des standards 80's et 90's du groupe, mais l'album aurait pu sans peine succéder à Victory (2000) ou The Brotherhood (2002). En 2016, je crois qu'il faudra s'en contenter et ne plus espérer un chef-d'oeuvre comme pas mal de groupes de l'époque d'ailleurs. À mes oreilles, Rapid Foray est l'album le plus réussi depuis un moment et le fan que je suis est soulagé de voir le Rolf être encore capable de faire un album qui déroule certes, mais qui ne contient aucun mauvais morceaux. Une étoile en moins, pour la présence d'une batterie "Windows 7" et une production en carton qui n'est franchement pas digne d'un groupe ayant vendu des albums par centaines de milliers d'exemplaires et qui fera fuir tout mélomane aux oreilles fragiles, mais ça fait maintenant 6 albums que c'est le cas...

Crossing Blades EP [2019]
Pochette minimaliste, 4 titres inédits dont une reprise du Strutter de Kiss, rendu sonore à peine digne d'une démo d'un groupe inconnu, cet EP ne vend pas rêver et ne laisse pas présager une grande ambition pour le prochain album. Les aprioris mis de côté, j'admets être ravi de pouvoir me coltiner du matériel inédit du groupe tant Running Wild est un groupe qui a compté dans ma passion du Heavy Metal. Pour être franc, je trouve les morceaux plutôt bien foutus, entraînants et accrocheurs, dans la droite lignée des meilleurs moments de Rapid Foray (2016) donc ultra-classiques. Ceci-dit, on ne voit pas passer ces 20 minutes de teasing ce qui me donne bien envie de découvrir le prochain véritable album du groupe, qui s'il arrive à être aussi bon sur sa durée promet d'être intéressant même si j'espère que le groupe s'enfermera dans un véritable studio et s'appuiera sur les compétences d'un ingénieur du son qualifié.