Blackmore's Rainbow [1975]

1975, coup de théâtre Ritchie Blackmore quitte un des plus grand groupe de Hard Rock du moment : Deep Purple. Il fonde alors Rainbow avec comme chanteur un certain Ronnie James Dio (ex-Elf) qu’il fera connaître au grand publique et qui deviendra un des plus grand chanteur de l’histoire du Heavy Metal. Si les 3 premiers albums de Rainbow ce n’est pas un hasard et ce premier essai est un véritable chef d’œuvre qui ne contient que des merveilles : « Man On The Silver Mountain », « Catch The Rainbow », « Sixteenth Century Greensleeves » ou encore « Temple Of The King » sont des petits bijoux qui ont marqué l’histoire du hard anglo-saxon. Si vous aimez le hard rock inventif, mélodiques et épiques…les guitares accompagnées de belles voix et bien ce disque est vôtre tout comme le second album de Rainbow. Un chef d’œuvre du Hard 70’s !

Rising [1976]

Moins d'une année après le sublissime premier album de Rainbow, il nous revienne avec un second classique du Hard Rock ! Toujours dirigé avec classe par Ritchie Blackmore et accompagné cette fois du légendaire Cozy Powell et du grandissime Jimmy Bain, Rainbow atteint des sommets et Ronnie James Dio y chante à nouveau comme un dieu. Ce pure joyau de hard fantastique contient une des hymnes définitive du groupe, je veux: "Stargazer" une merveille de plus de 8 mn qui vaut à lui seul l'achat du disque. On regrettera juste la trop courte durée du disque (6 titres, env. 30 mn) mais mieux veut la qualité à la quantité, pas mal de jeune groupe ferait mieux de s'en rappeler. Ce disque est fait pour ça! Un must de plus!

Long Live Rock'N'Roll [1978]

Après 2 albums référentiels et un live, Rainbow change un peu de fusil d'épaule on s'attaquant à un répertoire légérement plus tubesques. La patte Rainbow est toujours bien présente avec ce mélange de titres épiques, de guitares planantes, de mélodies et la voix si chaleureuse de Dio, mais c'est clair que les titres sont un peu plus direct et plus formatés pour être entendue à la radio, d'ailleurs ce changement se confirmera est Dio quittera Rainbow pour Black Sabbath. Mais pour en revenir à ce disque, il reste un album ultime dans le style avec son lot de classique: "Long Live Rock'N'Roll", "Gates Of Babylon" ou "Kill The King" mais pour le reste il n'y a rien à jeter si on aime le Hard 70's, les belles guitares et la mélodie! un classique de plus à mettre sur le dos de Mr. Blackmore.

Down To Earth [1979]

Snifff, Dio ne chante plus dans Rainbow, c’est Graham Bonnet qui le remplace et faut bien avouer que ce n’est pas exactement la même chose. En outre, Monsieur Blackmore a choisi la carte commerciale en faisant des titres plus easy-listening. Mais faut dire que le résultat est excellent et il serait faux de passer à côté de ce disque, parce qu’il contient un des mes titres favoris de Rainbow : « Eyes Of The World » qui aurait du être chanté par Dio et se retrouver sur l’album « Rising » si la vie n’était pas injuste. Le reste demeure excellent même si loin de l’esprit épique des premiers albums et moins personnel, ainsi le titre qui ouvre le disque « All Night Long » fait plus penser à Kiss qu’autre chose, tout comme « No Time To Lose » d’ailleurs. Le reste c’est parfois des forts beaux moments reposants comme « Makin’Love » ou « Love’s No Friend » où le feeling de Ritchie Blackmore fait merveille. C’est pas forcément le disque qui révolutionnera le monde du Hard Rock, mais c’est fait avec tellement de classe qu’on ne peut qu’apprécier pour peu qu’on ne soit pas allergique au hard mélodique de l’époque, aux belles voix (oui Graham Bonnet n’est pas n’importe qui) et aux styles inimitables de Blackmore. Du tout bon.

Live In Germany 1976 [1990]

Je pense que tout est dit non ? Un Live de Rainbow enregistré en 1976 ça vaut l’achat sans en dire plus. Ce double album est d’autant plus intéressant que les 8 titres que contient ce double album sont ici dans des versions longues où Blackmore se lance dans des délires dont il a le secret. Au totale plus de 90 minutes de grand Rainbow. Ce disque est un excellent complément au sublime live de Rainbow « On Stage » puisqu’il contient « Stargazer » et « Do you close Your Eyes » en plus de ce disque et les autres versions de « Mistreated » ou « Man Of The Silver Mountain » sont suffisamment différentes pour éveiller l’intérêt des fans de Rainbow et de Ritchie Blackmore, les autres en resteront au référentiel « On Stage ».

Memories In Rock - Live At Monsters Of Rock 2016 [2016]
Lorsque j'ai appris que Ritchie Blackmore allait reformer Rainbow je me suis immédiatement juré de ne pas rater cette date tant j'adore ce guitariste et son oeuvre en général, malheureusement la date approchant je me suis dégonflé... fatigué à l'idée de devoir me taper un trajet de 500 km pour un seul groupe. L'âge sûrement, je me fais vieux... enfin bref, j'ai l'occasion de me rattraper grâce à la sortie de ce live, sorti également en vidéo (enfin en Blueray si vous préférez). Première impression à la vue de la setlist, je trouve que ça insiste un peu trop sur les tubes, sur les 14 morceaux beaucoup de tubes de Deep Purple: "Highway Star", "Mistreated", "Perfect Strangers", "Child In Time", "Smoke On The Water", "Black Night"... obligé de les jouer, ça fait 20 ans que Blackmore n'avait pas fait de Rock, mais bon "Spotlight Kid", "Difficult To Cure", "Since You Been Gone", "Long Live Rock'N'Roll"... si ces morceaux sont tubesques aussi, au final ça ne laisse pas beaucoup de place pour entendre des morceaux plus rares et donc précieux, j'aurais rêvé entendre des "Gates Of Babylon", "Lady Of The Lake", "Tarot Woman", "Temple Of The King" et j'en passe, du Rainbow quoi! Niveau prestation, au chant Ronnie Romero fait le job, beau gosse à la belle voix, il imite et parvient à convaincre sur la plupart des morceaux, c'est claire qu'il ne transmet pas autant d'émotions qu'un Dio, ni même qu'un Doogie White pour un chanteur de Rainbow plus récent, mais il s'en sort avec les honneurs. Je suis plus nuancé sur la performance de Ritchie Blackmore lui-même, si son touché est bien présent, les morceaux sont quand même joué très lentement par rapport aux versions d'époques, le rendu n'est pas vilain, c'est même intéressant sur certains morceaux mais ça manque quand même un poil de patate. Vous l'aurez compris ce live sent un peu la naphtaline, mais malgré tout pour les fans du groupes et du bonhomme c'est un disque intéressant, qui fait un peu office de Greatest Hits et qui permet de réécouter un des plus grands mythes du Hard Rock sur scène, rien que pour ça je regrette quand même de ne pas mettre bouger le cul pour aller voir ce putain de concert, en direct j'aurais quand même eu ma dose de frisons!