Red, Hot And Heavy  [1984]

Après un premier EP prometteur, Pretty Maids débarque en 1984 avec ce premier opus signé sur une major… le heavy rock mélodique des danois est imparable sur les premiers morceaux du disques, « Back To Back » et « Red, Hot and Heavy » voir « Waitin’ For The Time » sont restés de gros classiques imparables qui valent à eux seuls l'achat de ce disque. La suite, de l’album est parfois plus dispensable même si ça reste du bon heavy rock typé 80's mordant et énergique mais il faut avouer que les 3 premiers titres ont mis la barre tellement hauts en terme de qualité de compositions que le solde de l'album fait un brin office de remplissage. Toujours est-il que "Red, Hot And Heavy" est un classique de la discographie du groupe, permettant à Pretty Maids de s'imposer comme un espoir de la scène Hard Rock européenne. Si vous aimez le heavy 80's au frontière du hard mélodique vous pouvez aller sur ce disque les yeux fermés. C’est du très bon et ce premier album fait toujours partie des albums que je ressors régulièrement avec plaisir.

Future World  [1987]
Si il ne devait rester qu'un album de Pretty Maids, je choisis sans hésitation ce Future World qui demeure pour moi un des plus grands albums de Heavy Rock jamais enregistré. Le groupe est en état de grâce avec un Ronnie Atkins au chant impériable avec des lignes de chant capable de faire hérisser les poils, les guitares sont excellentes, le songwriting au top, les claviers -certes présents- sont utilisés avec parcimonie et justesse. Les compositions altèrnent entre le très bon et l'excellence avec très peu de remplissage (oui j'avoue je ne suis pas un inconditionnel du morceau "Love Games"). Alors qu'un groupe comme Europe s'enfonçait dans le Hard FM dans la deuxième moitié des 80's, Pretty Maids réussissait à allier ce même sens de la mélodie et un côté nettement plus heavy avec ce Future World qui doit être considéré comme un classique du Hard Mélodique tant le son qui émane de ce deuxième album est unique et ne sera jamais imité.
Anything Worth Doing Is Worth Overdoing  [1999]

Je vais être honnête ce disque a été un des plus dur à chroniquer. Pourquoi ? d’une part parce que j’adore Pretty Maids et que ce disque est un bon album du groupe danois. Malheureusement je n’arrive à y voir que les points négatifs c’est à dire une production un peu trop brut pour un heavy mélodique aussi raffiné et des compositions moyennes sur la fin du disques. En comparaison aux disques moyens que le groupe a sorti durant les années 90, on ne peut être qu’enthousiaste quand on voit un de ses groupes favoris revenir à une musique musclée de qualité, mais de la à recommander l’achat de ce disque aux personnes désirants découvrir le groupe il y a un pas que je ne franchirais pas. Ce disque est donc à conseiller en priorité aux fans de Pretty Maids qui découvriront avec plaisir le retour du groupes à des guitares bien heavy et un sens de la mélodie toujours intact. Il reste à espérer pour la suite que le groupe retrouve ce songwriting de classe mondiale qui nous laissait sur le cul à la grande époque du groupe afin de pouvoir croire à un retour du groupe au premier plan.

First Cuts...And Then Some [1999]

Deuxième album de l'année 1999 pour Pretty Maids. Ce n'est pas un véritable album puisqu'il s'agit en fait de la compilation de 2 EP: le fameux Pretty Maids sorti en 1983 et In Santa Claws (ambiance Noël) sorti en 1990, ceux-ci n'étaient disponible qu'au Japon et au Danemark...et tant qu'on y est le groupe rajoute un petit inédit...Pour les fans cet album est indispensable, le premier EP est musicalement intéressant pour qui aime le Pretty Mais de l'époque de Red, Hot And Heavy... Ce premier EP contient quelques superbes titres qui valent le détour même si je trouve qu'on atteint pas complètement l'efficacité et le mordant des permiers LP du groupe même si ce son typique des 80's est un vrai régal...Pour les chansons de Noël y a pas grand intérêt sauf qu'elles sont accompagnés de 3 titres lives issus des 3 premiers LP qui, eux, valent le détour. L'inédit "Far Far Away" est correct. En résumer une compil' qui manque un peu d'unité pour une écoute en continu, mais les fans eux ne doivent pas hésiter 2 secondes c'est un packaging indispensable pour compléter sa discothèque.

Kingmaker [2016]
Avec sa pochette sombre et froide et surtout après l'excellent projet Nordic Union qui sonnait tellement Pretty Maids avec ces compositions  ultra mélodique, je sentais que j'allais être déçu par le nouvel album qui ne pouvait à coup sûr par rivaliser avec le côté tubesque de ce dernier. J'ai failli me tromper car le début d'album de ce nouvel album de Pretty Maids de haute volée avec des morceaux heavy et accrocheur comme "When God Took A Day Off" ou "Kingmaker" qui sonne comme le meilleur de Pretty Maids, mais j'ai seulement failli me tromper car le reste de l'album est nettement plus convenu, certes toujours  plaisant à l'écoute, les morceaux oscillants entre power ballades et morceaux heavy dans la pur tradition mélodique du groupe danois, les morceaux étant suffisamment variés pour que l'album s'écoute tout seul. Si Kingmaker ne révolutionne rien et d'amène finalement rien de neuf et d'excitant à sa déjà longue discographie, il ravira les fans acquis à la cause du Heavy Rock mélodique, les néophytes y trouveront leur compte tant l'album est plaisant. Au final, il faut bien reconnaître que ce Kingmaker ne marquera pas l'histoire du groupe même s'il se situe dans la bonne moyenne des albums du groupe.