Seven Churches [1985]
Seven Churches est un album culte qui a joué un rôle dans la naissance du Death Metal,  il représente pour moi la réponse américaine à Venom dont il reprend les codes en lui influent des sonorités plus thrash et extrême. Considéré par certains comme le premier album de Death Metal, Seven Churches a en tout cas les bases de ce style, chant extrême, son caverneux, tempos agressifs et rapides et des compositions efficaces qui inspirera toute la scène qui explosera quelques années plus tard. Les morceaux sont exécutés avec une intensité toute juvénile qui rend ce disque attachant et toujours aussi jouissif à écouter plusieurs décennies plus tard et à ce titre mérite de figurer dans toute discothèque d'amateurs de musique extrême. Personnellement, si j'ai toujours du plaisir à écouter ce disque de proto-Death metal, je trouve qu'il a quand même un côté délicieusement désuet qui, un peu à l'image des premiers albums de Venom, doit s'écouter avec l'amour de l'histoire du heavy metal et pour son côté historique. Un disque culte quoi.
Beyond The Gates [1986]
Je laisserais le bénéfice du doute sur ce disque, car je ne possède que le premier pressage CD d'époque qui bénéficie d'un son compressé qui manque cruellement de relief sonore, de puissance musicale et de groove. Si je ne me suis jamais intéressé à écouter une version remastérisée de ce disque, c'est aussi parce que la musique de Possessed s'est banalisée en évoluant vers un Thrash plus classique qui donne un côté plus rangé et moins extrême à la musique. Alors oui, c'est mieux joué, plus technique et  très énergique mais à l'époque le Thrash Metal produisait des dizaines de groupes qui enfantait des disques bien plus passionnants à commencé par Slayer qui sortait son Reign In Blood autrement plus rapide et diabolique ou même Destruction, Kreator ou Sodom qui semblaient bien plus aggressifs et inspirés. Avec le recul, Beyond The Gates n'est pas un mauvais disque, mais il manque cruellement d'originalité musicale. En s'éloignant du proto-Death de son premier effort et en le faisant évoluer vers les contrées plus classiques du Thrash Metal, il a perdu un peu de sa superbe...
The Eyes Of Horror [1987]
The Eyes Of Horror n'est pas un véritable album, mais un EP de 5 titres, qui restera jusqu'en 2019, la dernière pièce de musique enregistrée en studio du groupe. Dans la continuité de Beyond The Gates, Possessed balance un album de Thrash Metal aux inspirations Venomiennes des plus classiques à la différence que le groupe dispose d'une production autrement plus agressive et percutante qui manquait cruellement à son prédécesseur. The Eyes Of Horror n'est pas forcément indispensable en soi, les morceaux ne sont pas des classiques absolus, mais restent d'une superbe efficacité pour qui apprécie le Thrash Metal old school agressif et dynamique.
Revelations Of Oblivion [2019]
Avec l'envie de profiter de l'aura de son premier et cultissime premier album, qui reste pour beaucoup la première pierre du style de la musique Death Metal, on peut dire que le groupe, ou ce qui l'en reste, aura pris le temps de soigner son retour, mais quel retour! Revelations Of Oblivion est un retour fracassant aux affaires pour Possessed après plus de 30 ans de silence studio. Musicalement, ce disque est la suite logique de ce qu'aurait du être le successeur de Seven Churches, un disque faisant davantage le lien entre son Thrash Metal, qui constitue l'ADN du groupe, et le Death Metal. Avec Revelations Of Oblivion, Possessed n'a pas seulement réussi l'exploit de sortir sorti son meilleur album, il a réussi l'exploit de pondre un album référence dans le style du Thrash Death Metal. D'une puissance et d'une intensité folles, ce disque déroule des pépites de Thrash Metal accrocheuses alliant agressivité et noirceur. Je vais être honnête, je n'aurais jamais mis une pièce sur Jeff Becerra et ses musiciens, dont le retour aux affaires me faisait penser à une bande de joyeux loosers prêts à tout pour capitaliser sur leur glorieux et cultissime passé. Non seulement, ce n'est pas le cas mais ils ont réussi à sortir un des meilleurs albums dans un style pourtant largement balisé par de nombreuses formations. Les fans de metal old school regretteront peut-être le son moderne et le côté post-Venom pourtant très présent sur les premiers albums qui sont ici complètement effacés mais vu la qualité des compositions de ce disque ce Possessed 2.0 a tout pour s'imposer comme un album étalon dans la carrière du groupe. Un grand disque de metal extrême qui atteint des sommets de férocités.