Resurrection [2000]
Il est ressuscité le Metal God ! on le croyait crucifié sur l’autel de la mode du metal moderne US, mais il nous revient avec un album de pure Heavy-Metal ! L’album déboule avec 3 bijoux d'intensité: Resurrection, Made In Hell et Locked and Loaded, du pure Heavy Metal où le dieu fait étalage de son talent qu’il avait laissé de côté depuis quelques années. L’album continue avec le superbe mi-tempo Night Fall et son refrain accrocheur et se poursuit avec LE morceau tueur du disque : Silent Screams que l’on pourrait presque comparer au mythique  Beyond The Realm of Death de Judas Priest… que de frissons à l’écoute de ce titre magique. Le reste de l’album n’est de loin pas anecdotique et mérite les fans de screaming heavy metal à la fois empreint de tradition mais au son résolument moderne. Au final on se retrouve avec un album d’une qualité nettement supérieur à ses derniers projets à savoir l’infâme Two et le décevant Fight ! Ce disque est défintivement le digne successeur d'un disque comme Painkiller 1990. Pour le fan que je suis, ça fait plaisir, et l’ombre du prêtre plane tellement sur ce disque que nos cœurs d’aciers ne réclament que son retour au sein de ce qui fut le plus grand groupe de pure heavy metal du monde. Welcome Back Metal God !!!
Live Insurrection [2001]
Pressé le Rob... à peine 7 mois après la sortie de son précédent disque studio qui annonçait le retour au metal pur et dur, le voilà qu’il déboule avec un double disque live ! Au menu 27 titres, soit plus de 110 minutes de musiques ! Rob Halford passe en revue les meilleurs titres de Resurrection, les 3 meilleurs titres de sa période avec le groupe Fight et surtout, surtout une majorité (13 !!) de parfois très vieux titres de Judas Priest et pas forcément les plus prévisibles ! on rajoute à ça trois titres bonus studio issus des chutes de studio de la période Judas Priest et on obtient un disque indispensable à tous fans du groupe. D’autant plus indispensable que les titres lives de Priest retrouvent un coup de jeunes bienvenus ! La performance live de Rob elle est excellente ! mais attention ce live n’en est pas vraiment un, déjà 3 des titres n’ont pas été interprété en public sur la tournée (!!!), alors que d'autres ne figurent pas sur ce disque ! Enfin passons, ce live n’est pas référentiel, mais il demeure une compilation de morceaux réenregistrés absolument extraordinaires, bien plus intéressante qu’un best of remastérisé !
Crucible [2002]
J’ai beau être fan de la voix de Rob Halford je ne m’attendais pas à avoir autant de plaisir à l’écoute de cet album. Cette fois ci, Halford nous offre un album beaucoup plus travaillé et intéressant que le prévisible  Ressurection. Globalement beaucoup plus lourd et sombre, les riffs laboures tout sur leurs passages, les vocaux du Metal God sont variés passant de vocaux aériens comme sur « Crucible » ou le sublime « Golgotha » à des vocaux typiquement criés comme sur « Betrayal ». On a ici l’album le plus aboutit et varié de Rob Halford depuis son départ de Judas Priest et on est heureux d’entendre ça parce que le résultat est carrément excitant…même si on ne peut s’empêcher de penser avec son metal moderne que sa place est plus au sein de Judas Priest qu’en solo, les deux groupes tentant d’évoluer dans une même direction, bien plus réussi pour Rob Halford que pour Judas Priest ceci dit.

Celestial [2019]
Le père Halford semble aimer Noël, après son 3ème album solo(Winter Songs (2009), le voilà qu'il ressort le même type de disque 10 ans après. Ce coup-ci c'est entre amis et en famille qu'il a décidé de réaliser son méfait... l'album n'atteint pas des sommets d'ambitions à l'image de sa pochette réalisée en vitesse mais reste plaisant pour qui apprécie la voix du bonhomme et sait apprécier un album simple dans l'esprit (très Américain) de cette période de Noël où on a pas envie de se prendre la tête. Au menu, 8 reprises et 3 compositions originales, les morceaux oscillent entre des compositions funs et directs (Donner And Blitzen ou Deck The Halls qui a bien fait marrer ma fille) et ballades bien foutues (j'adore Morning Star). En sent, le plaisir qu'a pris Rob Halford à enregistrer ce disque qui n'a pas l'ambition de révolutionner le genre, mais j'ai trouvé ce disque plaisant et en tant que fan absolu du bonhomme j'ai bien aimé sortir ce disque l'hiver de sa sortie. Il faudra juste que je pense à le ressortir pour le prochain Noël, ce qui n'est pas gagné.