The Armor Of Ire [2016]
J'adore le Heavy Metal épique, mais ce genre de metal regorge aussi de groupes sans personnalité ou au chanteur à la voix tellement fragile qu'on ne peut vraiment s'identifier à une musique censée être la B.O. d'une battaille. Eternal Champion n'est pas de cette trempe et rejoint directement le panthéon des grands avec ce premier album qui m'a complètement conquis. Avec son chant nasal qui n'est pas sans évoquer celui de Mark Shelton, tout comme le style de composition qui n'est pas si éloigné de Manilla Road, la force d'Eternal Champion est d'arriver à faire oublier ses influences pour imposer son propre univers. La qualité des compositions à la fois heavy et mélodique est telle que je n'avais pas pris une baffe pareille depuis le premier album de Doomsword. Bon d'accord, je mens car je connaissais leur premier EP et je savais que cet LP allait être énorme tant le groupe y développait déjà un Heavy Metal majestueux et envoûtant. En 30 petites minutes et 8 compositions, le groupe accouche d'un de ces albums à écouter en boucle sans lassitude. Je le range sans honte à côté d'un Into Glory Ride de Manowar ou d'un Frost And Fire de Cirith Ungol, un classique est né qu'on se le dise!