Doomsword [1999]

Qui m’aurait cru qu’un jour je tomberais raide dingue d’un album provenant d’Italie ? et quel album ! ! ! Un petit bijou rien de moins, c’est simple si vous appréciez le côté somptueux et hypnotiseur de Candlemass allié au côté purement épique d’un Warlord, vous pouvez arrêtez de lire cette chronique et courez vous procurer ce chef d’œuvre. Ce disque est un condensé de tous ce que j’aime, des textes relatant les grandes fait d’Elric ou directement tiré du seigneur des anneaux, une musique aaaaah cette musique, lente et somptueuse, heavy et magique, une musique épique merde y a pas d’autres mots, c’est épique, grandiose et cette voix parfaite pour accompagné le tout. Je m’excuse : c’est le groupe italien le plus intéressant qui soit…et le seul qualicatif valable pour décrire cette musique c’est Epicus Doomicus Metallicus, si vous appréciez ce terme déjà usité par Candlemass, courez vous procurer ce disque c’est pas possible qu’on soit si peu à appréciez cette musique

Resound The Horn [2002]

Hallelujah ! le nouveau Doomsword est arrivé les amateurs de heavy metal épique au sens noble du terme peuvent ressortir leurs armures et lever bien haut les boucliers et autres épées. Pour ceux qui n’ont pas tout suivi Doomsword a sorti un premier album hallucinant de classe en 1999, ce « Resound The Horn » est son digne successeur et même si l’effet de surprise n’est plus il n’en demeure pas moins un monument du genre qui les places définitivement en tête des groupes les plus intéressant de ce style. Pour ceux qui connaissent le premier, c'est cette fois "Deathmaster" qui s'occupe de tous les vocaux et on y perd en lyrisme se qu'on gagne en sobriété…étrangement si le premier album me faisait penser à Candlemass, ce coup-ci on est plus proche d'un Bathory fin des années 80's et pas de bol je suis tout autant fan…enfin bref je vais pas coucher mes louanges mais ce disque est vraiment magnifique et pour peux que vous aimiez le heavy épique de la veine des premiers album de Manowar, Warlord ou Bathory pensez à jeter une oreille plus qu'attentive sur ce groupe italien. Il n'y a pas besoin d'attendre encore 10 ans avant de réaliser que Doomsword est une légende.

Let Battle Commence [2003]

Dans la droite lignée de son prédecesseur, ce disque accentue encore le côté vicking et donc son affiliation avec Bathory. Au menu 7 titres épique, avec des ohohohoho, des rythmiques martiales et ce chant de chef de guerre appelant ces troupes au combat. Bon cela dit, j’ai été un poil déçu par cet opus qui ne bénéficie plus de l’effet surprise, ce disque est en fait un « Resound The Horn – part II » avec des titres qui se ressemblent et qui de surcroît sont plutôt long. M’enfin j’exagère un peu, c’est vrai qu’un ou deux titres me plaisent moins par le côté répétitif et plombent un peu le rythme de l’album, mais comme d’habitude y a de l’excellent dans ce disque et tous ceux qui aiment le groupe ou des « Hammerheart » ou « Twilight Of The Gods » de Bathory, peuvent y aller sans hésitation, c’est du tout bon !

My Spirit Will Live On [2007]

Il y a de ça 8 ans, Doomsword sortait son premier album éponyme qui allait marquer toute la scène underground, le Metal épique des italiens était déjà emprunt d’une personnalité époustouflante malgré les évidentes influences des plus grands du genre (ManOwaR, Bathory, Candlemass et autres Manilla Road en tête). Les deux albums qui suivirent  ne firent que confirmer ce statut de légende naissante, même si un léger manque d’inspiration sur le petit dernier ne manquait pas d’inquiéter les amateurs des premières heures. C’est donc avec un sourire jusqu’au oreilles que j’écris cette chronique car j’ai réentendu le Doomsword inspiré et possédé que j’avais tant apprécié.   

Contrairement au précédent album, le groupe a choisi d’éviter le piège du concept album en élargissant les thèmes traités, le groupe passe en revue la guerre des Gaules, les épopées du prince albinos cher à Moorcock ou encore les légendes Celtes. Les 9 titres qui compose ce nouvel album tourne toujours autours des mêmes thèmes : le sang, l’honneur et tout ce qui défini le mot épique. Musicalement, ce qui frappe le plus avec ce nouvel opus c’est les guitares très en avant, jamais le groupe n’avait eu des riffs aussi riches, variés et mordants, tout comme le chant qui encore plus puissant et exalté. Le côté doom du groupe a laissé plus de place à la richesse du heavy. On sent que les 4 années de pause discographique n’ont pas été veine, les compositions ont eu le temps de mûrir et d’être travaillées pour être digne d’être enregistrées, elles sont plus que jamais variées et dynamiques. Des arrangements finement fignolés (sample de cornes, intro acoustique, bruit de pluie, cris et autre bruit d’épées)  ajoutent encore en richesses d’ambiances.

 Pas besoin de tourner autour du calice, Doomsword avec « My Spirit Will Live On » a sorti un grand disque de Heavy Metal Epique, un de ceux qui deviendront des références et traverseront les années. Si vous appréciez le genre, vous ne pourrez qu’être à genou devant les rois du genre !