Lightning To The Nations [1980]
Sorti dans un premier temps comme un album promotionnel qu'on appelle le White Album, Lightning To The Nations a été réédité tout au long de son histoire avec différentes pochettes en fonction des labels qui ont intégréencore des bonus différents provenant des nombreux singles que le groupe à sorti à cette période. Malgré ce fouilli discographique, on tient une oeuvre majeure de la NWOBHM qui a influencé de nombreux groupes de son époque, en particulier Metallica qui aura repris la moitié des morceaux de cet album et aura grandement contribué à faire connaître ce groupe aux yeux du grand public. C'est simple, tous les morceaux de ce disque peuvent figurer sur n'importe quel best of du groupe tant ce disque est excellent et historiquement important pour comprendre l'évolution entre le Heavy Metal des 70's et celui des années 80's basé sur les riffs de guitare, celui des Mercyful Fate, Metallica, Slayer, Megadeth, ... Même si le groupe n'aura au final qu'un succès d'estime et que ce disque n'aura pas d'impact commercial à la hauteur de sa qualité, il reste malgré tout un disque essentiel à posséder de cette époque qui reste 40 ans après sa sortie toujours aussi frais et énergique à écouter.
Borrowed Time [1982]
Les débuts de Diamond Head auront été relativement chaotiques, Borrowed Time sera considéré par le groupe comme le véritable premier album du groupe qui signe alors sur la major MCA, le White Album/Lightning To The Nations sorti deux ans plus tôt n'étant à leurs yeux plutôt une démo. On retrouve donc sur cet album les deux classiques que sont Lightning To The Nations et Am I Evil? et donc seulement 5 morceaux inédits. Le problème c'est que ces derniers sont nettement moins énergiques que les morceaux des débuts, bénéficie d'un son bien plus lisse, même si ce sont des morceaux très corrects dans le fond dans un registre heavy à la Led Zeppelin, plus mélodique et bluesy, que les attaques de guitares auxquelles le groupe nous avait habitués deux ans plus tôt. Si l'album se vendra mieux que le précédent grâce à sa bonne distribution, ce son plus commercial ne marquera pas les esprits des fans de Heavy Metal et ce Borrowed Time restera un album correct du groupe qui aura surtout le mérite de faire connaître le groupe à un public plus large et qui sera sauvé grâce aux deux classiques précités. Il est certain que le groupe a fait une erreur stratégique à cette époque on n'enfonçant pas plus loin les portes qu'ils avaient pourtant largement entre-ouvertes 2 ans plus tôt et en choisissant une démarche plus commerciale qui lui aura coûté cher comme à tant de groupe de cette époque. Dommage...
The Coffin Train [2019]
Si Diamond Head (2016) avait sonné le retour du groupe d'une forte belle manière avec un son légèrement rétro dans la pure veine de la NWOBHM, ce nouvel opus réussi l'exploit de sonner plus frais et actuel sans renier son passé. La production moderne à la fois puissante et groovy sert d'écrin à de belles compositions puissantes et variées qui alternent les morceaux speed et ceux plus épiques. Si je n'en attendais rien, ce disque s'avère une excellente surprise et certainement un des albums les plus intéressants du groupe depuis son premier effort. Entre les riffs jouissifs de Brian Tatler (unique rescapé du line-up d'origine) et les excellentes lignes de basse du nouveau venu Dean Ashton, la voix tantôt éraillée, tantôt claire et puissante de Rasmus Anderson fait merveille. Les compositions sont pour la plupart excellentes avec une bonne accroche mélodique qui m'a complètement conquis sur la majorité des compositions. Alors oui, les grincheux regretteront peut-être que le son typique de Diamond Head n'est pas forcément au rendez-vous et qu'on est loin des tueries de Lighning To The Nations, ils auront peut-être raison, mais il n'empêche qu'en matière de Heavy Metal racé et mélodique ce nouvel opus est vraiment excellent dans son genre et je le conseille aux amoureux du genre.