Battalions Of Fear [1987]

Avis 1997: Premier opus de Blind Guardian, ce disque est le témoignage de ce qu'était le groupe à cette époque et qu'elles étaient leurs influences au début de leur magnifique carrière, cet-à-dire très Thrash-Speed Metal. Ce disque pouvait en effet rivaliser avec les formations américaines de Thrash qui était très prisé à cette époque. Le seule point commun avec le Blind Guardian des années 90 sont les paroles qui étaient déjà très axée sur la littérature fantastique et ce goût pour les refrains entraînants et accrocheurs. Cet album est indispensable à tout fan de ce groupe et je ne peux que le recommander aux personnes attirées par le Thrash à la Metallica, voir le Speed d'Helloween période Walls Of Jericho...un de mes albums favoris.

Avis 2016: 20 ans après ma première chronique, je ne peux que confirmer, cet album est une sacré orgie de rage, d'énergie et de mélodie. Vraiment le parfait complèment de l'Helloween des débuts. 30 ans après sa sortie ce disque n'a pas pris une ride et me file toujours autant la patate, une vrai cure de juvence de replonger dans cet album que j'ai trop négligé ces derniers temps! Même les morceaux obscures comme "Wizard's Crown" ou "The Martyr" sont jouissives. Un classique du speed metal mélodique!
Follow The Blind [1989]
Avis 1997: Cet album marque indiscutablement le début du tout grand Guardian. L'album est toujours autant Speed, mais les compositions deviennent plus complexe et travaillée. "Follow the Blind" est marqué par l'apparition de Kai Hansen (ex-Helloween, Gamma Ray) qui joue et chante comme invité spéciale sur "Valhalla" un des plus grands moment  de l'album! Mais les autres titres sont loin d'être mauvais et cet album est plus que recommendable...même s'il contient peut-être des instrumentaux et divers titres un poil moins marquants que l'album précédent.

Avis 2016: Ce qui est marquant avec cet album c'est la voix d'Hansi qui devient plus posée et le groupe qui commence à soupoudrer sa musique de choeurs ("Banish From Sanctuary") et d'arrangements plus travaillés ("Follow The Blind") qui feront leur force durant quelques albums. L'album a comme défaut d'avoir le cul entre deux chaises, entre les morceaux plein de sauvagerie des débuts ("Damned For All Time" ou "Fast To Madness"), les morceaux plus travaillés et les reprises à la fin de l'album, j'ai l'impression d'entrendre une compilation de morceaux  qu'un album complètement maîtrisé et cohérent. Néammoins ce disque reste un must toujours aussi plaisant à écouter.

Tales From The Twilight World [1991]

Voilà l'album de la reconnaissance, cette fois Blind Guardian a su trouver son propre style et se démarque comme un des leader du Heavy Metal allemand. Les influences thrash sont effacées au profit d'un speed metal mélodique à la fois rentre dedans et travaillé. Kai Hansen apparait également sur ce CD se qui ne gâche rien! Cet album aurait pu être parfait si il avait été constant du premier au dernier titre. En effet, des titres comme "Altair 4", "Tommyknockers" ont de la peine a rivaliser avec le génie de la majorité des autres. Quoiqu'il en soit cet album est superbe et des titres comme "Lord of The Ring", "Lost in the twilight Hall", "Traveler in Time" resteront gravés jusqu'à ma mort dans ma mémoire. Tout simplement indispensable!

 
Somewhere Far Beyond [1992]

Après la perle que nous a offert Blind Guardian en 1991, cet album confirme et place Blind Guardian au sommet du metal germanique. Cet album est tous simplement géniale, gigantesque, indispensable! On ne peut pas aimer le Heavy allemand sans aimer cet album. Il nous offre là un album inspiré, originale et tous les titres sont sublimes du début à la fin. Sans être un pur concept album, le groupe propose un album cohérent avec des morceaux faisant échos à d'autres ce qui donne une richesse particulière à l'univers de Blind Guardian. Peut-être moins speed que d'habitude son metal devient plus sophistiqué tout en restant du pur metal of steel orienté guitare comme j'apprécie. Le chant d'Hansi est posé et maîtrisé comme jamais capable de passer de la douceur à l'agressivité avec brio. Indiscutablement un grand moment du Heavy mélodique germain! Achète-le ou meurt!

 
Tokyo Tales [1993]

Après un album de légende, un live de légende! Tous les grands titres Heavy Speed de la grande époque sont présents...seul regret il manque les célèbres comme "The Bard songs" ou "Lord of the ring" qui sortiront plus tard sur single et même sur le live de 2003...mais cet oubli montre l'esprit qui animait le groupe à l'époque, loin des érrances progressives et complexes des années 2000. Ce live représente un témoignage unique du Blind Guardian des débuts ou le groupe proposait un concentré d'énergie speedée et mélodique matinée d'Heroic Fantasy qui n'avait pas d'égale. Un des sommets de la carrière du groupe.

 
Imaginations From The Other Side [1995]

Après un album parfait et une première tournée mondiale, Blind Guardian se devait d'être à la hauteur de son rang. Pari gagné avec cet album qui sera l'album de tous les records pour Blind Guardian. Jamais un groupe allemand depuis Helloween n'avait déchainé autant de passion et ne s'était aussi bien vendu. Sentimentalement, je reste très attaché à cet album car j'ai découvert ce disque à l'été 2006 durant mon service militaire et après le décevant "Load" de de Metallica sorti à la même période qui m'avait plus que déprimé, pouvoir trouver un disque aussi énergique et accrocheur m'avait littéralement soufflé et fait découvert le Heavy Metal old school qui ne m'a jamais quitté depuis. Enfin bref, ce "Imaginations From The Other Side" est un petit bijou de Heavy Metal inspiré et inventif. On s'éloigne clairement du Speed Metal des débuts pour un Heavy Metal plus sophistiqué et progressif mais toujours aussi propice à l'headbanging. La performance musicale et vocale sont juste incroyable et à fait de Blind Guardian ce qu'il est. Cet album reste un des plus grands moment du Heavy et tous fans de Heavy se doivent de se le procurer. Magnifique.

 
The Forgotten Tales [1996]

Avis 1996: Pour nous faire patienter, Blind Guardian nous offre une compilation. Mais attention pas un simple Best of, cet album contient que des titres inédits ou des bonus. Ainsi on retrouve des titres de Guardian réarrangés accoustiques ou orchestraux, mais également des reprises de plus ou moins bons goûts...comme par exemple "Surfin'USA" ou "Barbara Ann". Pas de doute pour écouter cet album, il faut avoir le sens de l'humour. Bref, à réserver aux fans...(comme moi)

Avis 2016: Mouais, en fait cet album est bien dispensable et je confirme qu'il est à réserver aux fans. C'est une compilation de face B de singles ou de versions alternatives de morceaux, en version orchestrales ou accoustiques. Si je l'ai écouté quelques fois à sa sortie, aujourd'hui je n'ai même plus envie de la remettre, les morceaux n'ont pas vraiment de cohérence entre eux et il n'y a pas un inédit proprement indispensable et dans leurs versions originales les morceaux retravaillés sont nettement plus intéressant. Bref, à vous de voir votre rapprot avec le groupe, mais on peut passer zapper ce disque.
 
Nightfall In Middle-Earth [1998]

Avis 1998: Ah le voilà le nouveau Guardian...les quatres bardes nous auront fait patienter bien longtemps, mais cette attente vallait la peine tant cet album est magnifique et varié. Jamais un album de Heavy n'aura autant été travaillé (est-ce encore du Heavy?). la voix de Hansi est phénoménale...les instruments sont précis et tous s'enchaîne et nous emporte dans un autre monde: celui de la classe! Cet album contient 11 titres tous plus variés les uns des autres, en outre de nombreuses séquences plus ou moins longues se rajoutent et donne une atmosphère magique à l'album. Bref nos bardes offrent là un bien bel hommage à Tolkien et son univers...et entrent définitevement dans le Panthéon du Heavy Metal...Pas de doute si un paradis existe Blind Guardian pourra en composé l'hymne national.

Avis 2016: Dans ma vie, je crois jamais n'avoir attendu un disque aussi impatiemment des mois durant (exception de Load de qui vous savez), D'autant plus que la promesse du concept album sur l'univers de JRR Tolkien ne pouvait que me faire saliver... je m'étais même procuré le single "Mirror, Mirror" pour entendre du Blind Guardian avant sa sortie, histoire d'entendre enfin un nouveau son du groupe. En réalité même si la chronique ne le laisse pas transparaître, ce disque a été sous une certaine forme une mini-déception. Le heavy metal énergique du groupe laisse place à une musique nettement plus sophistiquée et travaillée...trop travaillée? sûrement à mon goût, les lignes de chants sont de plus en complexe et les interludes nombreuses n'aident pas à rendre l'album plus passionnant. Au final, je ne me ressors pas souvent cet album, je le trouve vraiment excellent dans son genre et tous les souvenirs qui lui sont liés reste des souvenirs indélébiles dans vie de metalleux (premier Wacken en 1998 pour voir ce groupe en tête d'affiche et la découverte de dizaines de groupes fantastiques, rencontre avec des metalleux du monde entier sur les dates que j'ai pu faire, etc...). Le dernier album du groupe qui m'ait fait vibré.
 
A Night At The Opera [2002]

(Attention cette chronique est l’œuvre d’un fan déçu)
Il aura fallu attendre 4 longues années pour que Blind Guardian daigne enfin sortir cet album tant attendu. Si souvent l’attente en veut la peine je serais moins affirmatif pour les fans de longues dates du groupe. Fini les chœurs accrocheurs, fini les guitares saignantes et le headbanging sauvage, Blind a changé et personnellement j’ai du mal à me retrouver en ce groupe. Loin de moi l’envie de dire que ce disque est raté, dans son genre metal progressif et symphonique c’est sûrement un des plus beau joyau du genre mais pour moi ce disque est tout simplement pénible à entendre : les guitares sont passées au second place pour laissé place à une multitude de pistes qui s’entrecroisent, le tout est fait avec une maîtrise impressionnante mais malheureusement je n’y trouve aucun véritable point d’accroche. Si les albums précédent me donnaient toujours une bonne d'énergie, pour la première fois Blind Guardian m'épuise à l'écoute. J’espère que la prochain fois le groupe essaiera de passer moins de temps en studio et retrouvera un son plus live ...

 
Live [2003]

10 ans après son premier méfait live, Blind Guardian revient avec un double album qui fait la part belle aux trois derniers albums (13 titres sur 20) sans négliger les vieux classiques, inutile de dire que la qualité aux rendez-vous. Le son est impeccable, l'ambiance souvent excellente et l'interprétation sans faille. J'irais même jusqu'à dire que les titres de Nightfall ou de Night Of The Opera gagne encore en intérêt sur scène car ceux-ci sont plus dépouillées et nettement plus digestes que sur album où la surcharge de pistes m'avait un peu rebuté. Cet album est donc hautement recommandé aux fans du groupe et même à ceux qui veulent découvrire en une seule jetée la carrière de ce groupe exceptionnel.  Au chapitre des râleries, je dirais juste que c'est un poil dommage que le groupe ait enregistré ce live sur plusieures dates (Hansi s'exprime tantôt en italien, tantôt en allemand) ça n'aide pas à s'y croire. Un autre point légèrement négatif est la présence de "Harvest Of Sorrow" un B-Side vraiment pas exceptionnel qui aurait pu être remplacé par un titre plus efficace et enfin je trouve que les longues plages de rappels sur le CD 2 n'aident pas à l'écoutent en boucle et peuvent être agaçante...mais ces petits points de détails sont vraiment ridicule par rapport à ce monument que nous a pondu Blind Guardian. Un live qui se complète parfaitement avec "Tokyo Tales" et qui renforce la sublime discographie de mes allemands préférés! un must!

 
A Twist In The Myth [2006]

Avis 2006: Mon dieu, qui aurait cru il y a encore 10 ans que je dirais un jour du mal d'un de mes groupes favoris...j'en suis le premier attristé, mais Blind Guardian est définitivement devenu un groupe différent. Pour la première fois de sa carrière, le groupe connaît un changement de line-up majeur, puisque Thomen Stauch s'en est allé pour fonder Savage Circus un groupe définitivement plus proche du vieux Blind Guardian. Le nouveau batteur est ok mais n'apporte strictement rien au style Blind Guardian, non le Blind Guardian actuel n'est plus de vitesse et de dynamisme. Il s'axe autour du chant d'Hansi et de ses choeurs toujours aussi travaillés et des guitares très alambiquées (et fatiguantes) telles qu'on pouvait les trouver sur "Nightfall In Middle-Earth" et "A Night At The Opera". Côté point positif de ce disque est moins chargé en arrangement que ces 2 derniers, par contre les refrains accrocheurs ont complètement disparus, je dois avouer que si je sens que la paire de guitariste a pris du plaisir à enregistrer ce disque, je ne sais pas si ils ont pensés au plaisir de l'auditeur car de ce côté là. Après moult écoute, je n'en retiens pas grand chose même si un ou deux titres comme "Another Stranger Me" me plaise bien, aucune ne rivalise avec les classiques du groupe. Tout comme son prédecesseur l'écoute de "A Twist In The Myth" me fatigue par ces changement de rythmes incessants.  Bref, un album que je rangerais rapidement dans la discothèque une fois l'effet nouveauté passée et je pense qu'il n'y ait malheureusement pas grande chance que j'y revienne un jour. Même si le groupe a encore des qualités auxquels les amateurs pourront se rattacher, le Blind Guardian que j'ai aimé est définitivement celui du passé.

Avis 2016: Y a que les cons qui ne changent pas d'avis et j'en suis un gros.

At The Edge Of Time [2010]
Après un album plus que décevant, j'espérais un album plus direct comme certaines chroniques le laisser penser. En fait, c'est pas faux de dire que cet album marque un retour en arrière, le groupe retrouve un côté plus sobre dans son approche des arrangements, les mutiples couches d'instruments sont ici moins abusés que sur les deux opus précédents. A l'exception de l'ambitieus morceau d'ouverture "Sacred Worlds" et son orchestre symphonique un brin gonflant, quelques titres font même échos aux albums glorieux du passé comme Tanelorn (Into The Void) qui évoque bien entendu The Quest For Tanelorn présent sur  "Somewhere Far Beyond", morceau efficace qui revoit Blind Guardian flirté avec le heavy plus direct d'antant et des guitares plus mordantes. Même si globalement aucun morceau ne dégage la magie d'antant, "At The Edge Of Time" n'en demeure pas moins un album que j'ai pris plaisir à écouter à sa sortie, si on fait le deuil de ce qu'a été le groupe à une époque. Mais j'avoue que ne l'ai pas ressorti souvent depuis.

Memories Of A Time To Come [2012]
Je ne suis pas un fanatique des best of, mais dans ce cas le menu était trop alléchant pour que je fasse l'impasse. Ce disque est sorti dans une version limitée 3 CDs dont un CD contenant les démos de "Lucifer's Heritage" (période pré-Blind Guardian), ainsi que des démos des morceaux des albums sortis dans les années 90. Bref, un attrape couillon pour le fan que je suis car j'en possédais des versions bootlegs mais bon en avoir une version officielle c'est quand même essentiel. Autre petit cadeau, le double album contient plein de vieux morceaux remixés, voire entiérement réenregistrés, sur les 16 morceaux présents seul 4 sont issus des 3 derniers albums, et ces vieux morceaux sont suffisemment différents pour valoir le coup d'oreille. Je suis pas certain que je conseillerais ce disque à un néophyte qui aura l'impression d'avoir un album décousu tant le contraste entre un Majesty (de "Battalions Of Fear") et un Sacred Worlds ("At the Edge Of Time") est grand, mais pour un fan du groupe cette compilation est essentielle. Même le réenregistrement d'And Then There Was Silence ("A Night At The Opera") ici dénudé de ces multiples pistes couches me redonne envie d'aimer ce morceau.  Une compil' à posséder dans sa version limitée donc.

Beyond The Red Mirror [2015]
A l'heure de relancer mon site après 8 ans de pause, je me suis souvenu à quel point Blind Guardian avait été déterminant dans sa création en 1997 puisque cette page sur ce groupe avait été la première série de chroniques écrites. Terrible constat: une année après sa sortie je ne me rappelais même plus que "Beyond The Red Mirror" était sorti et même que je m'étais acheté l'album, c'est dire à quel point Blind Guardian a disparu de mon radar. J'ai toujours du plaisir à écouter les vieux albums, mais les déceptions depuis 20 ans se sont succédées à tel point que je n'attends même plus la prochaine sortie du groupe. Tout ça pour dire que dans le souhait d'actualiser cette page, je me suis quand même efforcé de récouter ce disque.

Le premier morceau de près de 10 minutes explique à lui seul mon désintérêt pour le groupe, une pièce métalo-symphonique typique du Blind Guardian récent avec de multiples couches de vocalisent d'Hansi qui laissent les guitares au second plan et ne servent qu'à ajouter de petites mélodies folk-metal qui me saoûlent au plus au point. La suite de l'album alterne le bon et le moins bon, on sent une certaine envie de revenir à des choses plus directe avec des passages à la double caisse rappelant l'époque de "Nightfall in Middle-Earth", voire même "Imaginations..." pour des morceaux comme "Ashes Of Eternity" ou "The Holy Grail" mais sans avoir la même capacité d'accrocher l'auditeur que par le passé et surtout cohérence d'ensemble. Un peu comme l'album précédent, le groupe semble vouloir contenter présenter toute les facettes de sa carrière, ce qui ne peut être que frustrant qu'on en apprécie qu'une période bien précise. Bref cet album confirme mon désintérêt totale pour ce Blind Guardian là et une fois cette chronique écrite, je serais plus qu'heureux d'en faire un attrape poussière. A réserver au fan récent du groupe...