Bathory [1984]

Quand on m’évoque cet album, je ne peux m’empêcher de me penser à l’éternel question : qui a inventé le Black Metal ?  Bathory ou Venom ? ce qui est certain c’est qu’avec ce premier album culte de chez culte, Bathory a défini les bases du styles du black metal basique : batterie linéaire, riffs vrombissants, répétitifs et vocaux vomissants et haineux.  Ce premier album est un excellent disque de metal extrême, mais ce style simple à reproduire, à tellement été pillé par des combos de raw black metal qu’il est devenu plus historiquement intéressant, que foncièrement indispensable. Mais pour ceux qui privilégient l’originale à la copie carbone c’est un must ! 4 étoiles pour le créateur de génie qu’était son leader Quorthon !

The Return... [1985]

Dans la droite lignée du premier album éponyme, Bathory continue à définir les basses du Black Metal. Toujours plus extrême et radicale dans sa démarche, Venom parait plus que jamais bien rigolo à côté de la démarche obscure et extrêmiste du grouper suédois. Il faut dire que ce disque est d’une extrême pauvreté, rythmique ultra linéaire, chant criard une ode anti-musicale à la destruction. Ce disque est intéressant pour sa dimension historique et le charme d’avoir été un pionnier dans ce style de black metal ultrabasique, mais je dois avouer me l’écouter plutôt rarement.

Under The Sign Of The Black Mark [1986]

Ce 3ème album marque la première véritable rupture dans la discographie de Bathory. On retrouve le côté raw des premiers albums, mais pour la première fois Bathory n’essaie pas uniquement de faire reculer les frontières de la musique extrême mais commence à apporter une touche épique à leur musique. L’enchaînement « Massacre »-« Women Of Dark Desires » « Call From The Grave » illustre parfaitement cette évolution, on part d’un des titres les plus raw et rapide de Bathory pour arriver à un des premiers titres épique de Bathory avec cette batterie à la rythmique martiale caractéristique du style Quorthon. Style qui est encore développé sur « Enter The Eternal Fire », un des plus beaux morceaux du suédois et qui influencera des dizaines de groupes, Immortal en tête. Ce disque n’est pas celui que j’écoute le plus en raison d’un son irritant, trop aigu et la présence de titres raw très rapide qui rendent l’album trop hétérogènes…  un album qui a un peu le cul entre 2 chaises quoi, mais qui annonce une série d’album plus que grandiose.

Blood On Ice [1996]

Si il ne devait rester qu'un groupe de metal extrême, je désignerais Bathory. Si les premiers albums étaient basé sur un Black/Thrash Metal des plus basique, le groupe s'est lentement dirigé vers des compos nettement plus épique à la fin des années 80. Ce "Blood On Ice" sorti en 1996 est en fait issu d'enregistrement fait 7 ans plus tôt. Le chant est clair...les guitares sont même parfois limite folk...ben vous l'aurez deviné ce disque n'est pas resté dans les mémoires des jeunes boutonneux qui venaient de découvrir le Black Metal en cette fin des 90's...qu'importe ce concept album nordique est une pure merveille, je le qualifierais  d'album majeure du groupe. Les mélodies sont accrocheuses, les choeurs travaillés...et y a ce son, ce son que j'adore, limite étouffé mais toujours clair, bien sur ça fait pâlot à côté des prod actuelles mais ça sonnent sincère, pur même...rhaaa que ce son manque au formation actuelle...